Les Jets se font vordemwaliser

https://scontent.fqls1-1.fna.fbcdn.net/v/t1.0-9/52300372_1207396056101015_8369482394666795008_o.jpg?_nc_cat=108&_nc_ht=scontent.fqls1-1.fna&oh=96c01e7419bac05f7d773f574097b7f2&oe=5D25E72E

Klauï de girolfe

Vordemwald avait mis les petits plats dans les grands samedi 9 février, et le moins qu’on puisse dire c’est que les Jets ont dégusté. Face au leader actuel les Jets se sont fait presser comme des citrons et repartent avec une addition salée de 8à2.Pourtant c’est les genevois qui en entrée obtienne un penalty. Malheureusement, pour une fois Paul Vielliard croque la feuille de match. Dans la foulée, les argoviens mijotent leur vengeance et exceptionnellement elle ne sera pas un plat qui se mange froid. En effet, Florian Klauï plante une balle dans le buffet des romands après 4 minutes de jeu. Un buffet qui se transforme à volonté lorsque Vincent Tinguely et Thibault von Däniken, bonnes pâtes, concoctent un autogoal en déviant un shoot à deux reprises. C’est pas de bol! Et même si ils sont des gens bons en temps normal, les deux joueurs ont fait les sales amis pour Timothé Riotton sur ce coup là. Mais les Jets sont gourmand et ils ont la foi ou plutôt le foi pour digérer ce coup du sort. Ainsi, Thibault von Däniken distille une galette à Vincent Tinguely, qui n’ayant encore rien eu à se mettre sous la dent jusqu’à présent, se régale en envoyant une praline dans la lucarne d’un gardien battu tel des blancs en neige. Les deux compères se rachètent de leur bêtises (de Cambrai) Toutefois, Florian Klauï qui n’est pas toujours pas rassasié, va propulser un bonbon dans le but genevois sur une contre attaque éclair, que je préfère personnellement au chocolat. Les Jets vont d’ailleurs prendre le bouillon avant la fin de la mi-temps et encaisser deux nouveaux buts. 5 à 1 à la pause

Thym, Eau, Thé, Riz au thon Moordu à pleine dent

Mathias Froidevaux et Paul Vielliard sont contraint de jeter l’éponge et de rendre leur tablier durant la pause en raison de blessures. Les Jets n’ont dès lors plus que 5 joueurs de champs. La rencontre tourne rapidement au vinaigre quand Patrick puis Sandro Moor participent au festin en aggravant le score dès la reprise à 7à1. Les spectateurs sont comme des coqs en pâtes devant la jouerie alléchante de Vordemwlad. Piqué au vif, les Jets qui ne veulent plus êtres pris pour des andouilles vont rassembler leur dernier efforts pour trouver la recette idéale. La mayonnaise prend enfin et peu à peu les genevois se montrent plus offensif. Ainsi, Patrice Matter, Alhonko Kouassi et Thibault von Däniken ont chacun l’occasion de réduire la marque au bout de leur canne (à sucre). En effet, les trois larr(d)ons se présentent tour à tour face au portier adverse en bénéficiant d’un coup franc direct. Mais tireurs ont les yeux plus gros que le ventre et ratent leur tentative. Incapable de concrétiser leurs chances, les Jets ne pourront donc pas revenir dans le match. Cerise sur le gâteau pour les argoviens avec un huitième et dernier but. Il faudra attendre les 10 dernières secondes pour que Tinguely goûte à nouveau aux joies d’un but en transformant un penalty. Les hommes du bout du lac termineront la faim du match grillé et carbonisé ou nara. Et avec 8 buts encaissé, Timothé peste haut… car il nem pas ça!

RHC Vordemwald NLB – Jet RC Genève LNB 8 : 2 (5:1 , 3:1)

TvD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *