Ma vie de CourJet

https://scontent.fqls1-1.fna.fbcdn.net/v/t1.0-9/51497669_1198942990279655_7704356659627294720_n.jpg?_nc_cat=111&_nc_ht=scontent.fqls1-1.fna&oh=2951f3f67ac20a0379baeeff15b5bce6&oe=5CF9EC0B

La LNB Jet avait un week end particulièrement chargé avec deux matchs au programme. Samedi à Genève contre les Vordemwald White sox pour le championnat et dimanche en Autriche face à Wolfurt pour la coupe. Le bilan est moribond pour les genevois puisque les deux matchs se sont soldés par des défaites.

Penaud aux pénos

Pourtant, samedi tout avait bien commencé pour les joueurs du Léman. En effet, ils devaient à tout prix engranger trois points dans le championnat pour rester dans la lutte aux playoffs et c’est dans cette optique que Patrice Matter marque après seulement deux minutes de jeu grâce à un excellent service de Michael Sterchi. Les Jets sont sérieux et appliqués mais pêchent cruellement dans la finition. Néanmoins ils doublent la mise à la 15ème minute sur un penalty transformé magistralement par Paul Vielliard. Se croyant peut être trop vite à l’abri, les genevois vont progressivement baisser en intensité au point de voir Vordemwald revenir à une longueur juste avant la pause en inscrivant un shoot lointain. Se sentant menacé, les Jets repartent de plus belle en seconde période mais galvaudent un nombre incalculable d’occasions. Bien aidé par leur très bon gardien et leurs poteaux que Genève sollicite à mainte reprises, les Withe sox vont parvenir à égaliser à la 43 ème minute, à nouveau sur un tir lointain dévié. Piqué au vif, Michael Sterchi décide de passer en revue toute la défense adverse avant de battre le gardien en levant puis piquant la balle au dessus de sa jambière. Un avantage qui ne durera que 27 secondes avant de voir Timothé Riotton se faire lober sur une improbable déviation d’un patin Jet. Les romands savent qu’ils doivent absolument gagner ce match et tente tout pour forcer la décision. Malheureusement, ils ratent deux coups franc direct dans les cinq dernière minutes et sont contraint d’aller en prolongation, malgré une fin de match totalement folle à 4 contre 3 et pas moins de trois poteaux. Déçus, les Jets abordent les prolongations en confiance puisque Paul Vielliard envoie un missile dans le but adverse après seulement 2 minutes. Oui mais voilà les Jets retombent dans leur travers et arrivent l’exploit d’encaisser l’égalisation sur l’engagement adverse soit 7 secondes après avoir pris les devants. Rui Aldo Giuseppe ,que je soupçonne d’être un frère caché des tortues ninja de part son nom italien et son bandeau dans les cheveux, (ne l’ayant pas vu manger de pizza durant la rencontre je ne peux affirmer totalement cette hypothèse) inscrit au passage un joli triplé pour son équipe. L’issue du match va se terminer aux penaltys et malgré un doublé de Michael Sterchi, les genevois doivent s’incliner et pourront nourrir de nombreux regrets tant ils avaient les moyen de s’imposer durant le temps réglementaire.

Déplacement en Autr…oubles

Pas le temps de ressasser la défaite puisque les Jets sont déjà sur la route le lendemain matin. Un nouveau déplacement à Wolfurt qui s’annonce périlleux en vue des fortes chutes de neige dans la région et du sentiment d’injustice laissé par le match de la semaine dernière. Dans une piste congelée à souhait les genevois décident de défendre en carré afin d’éviter un score aussi sévère que la dernière partie face à une excellente équipe autrichienne. Ils ne veulent pas rentrer avec la gueule de bois ce qui n’est pas facile quand on joue deux fois dans un igloo (y glou y glou). Bref, passons sur cette blague douteuse et revenons à nos moutons qui rappelons le ne sont pas noir en Autriche. Ainsi, en alternant leur défense de carré à losange suivant le placement des joueurs adverses, les Jets arrivent à contenir plus facilement la vitesse de Wolfurt. Une tactique qui s’avère payante en début de partie lorsque Paul Vielliard, le maître artificier de l’exercice, transforme un penalty après 2 minutes de jeu. Malheureusement, le même Paul Vielliard part à la pêche aux patins et reçoit un bleu dont les autrichiens vont profiter pour égaliser sur le coup franc direct qui s’ensuit. A noter que Paul écope de la triple peine sur le coup. Carton bleu, coup franc direct et 2min sur une chaise de pénalité dont les énormes enceintes crachent directement le son dans les tympans. Étonnamment, il n’a plus reçu de cartons par la suite. Il faut attendre la 17 ème minute avant que Iker Bosch Zaldívar transforme un penalty pour doubler son propre capital et celui de son équipe. Il va être immédiatement imité par son coéquipier Daniel Zehrer qui inscrit un doublé en deux minutes. Toutefois, Patrice Matter ramène le score à 4 à 2 grâce à un coup franc direct plein de sang froid et cela juste avant la pause. Les Jets sont donc complètement dans le match à la mi-temps et se rêvent d’un exploit pour atteindre les premières demi finale de la coupe Suisse de leur histoire. Des rêves rapidement douché lorsqu’ils encaissent deux buts dès le retour des vestiaires. Malgré cela, les genevois ne vont rien lâcher et vont faire preuve d’abnégation pour ne plus encaisser de buts jusqu’à la fin du match. Je propose d’ailleurs de renommer le carré en tir au pigeon tant les Jets se sont fait allumer de toute part durant la partie. Concrètement cette tactique c’est comme si tu étais un manifestant et qu’au lieu d’éviter les tir de flashball tu te précipitais dessus pour les bloquer. Avouez que si vous voyez quelqu’un faire ça vous allez sérieusement remettre en doute sa santé mental. Mais au rink-hockey non, c’est même l’inverse, le public te conspueras et tu subiras les rires railleurs et désapprobateurs de tes collègues te traitant de douillet et de sensible, meurtrissant ton petit coeur tel une centaine de petites balles de rink s’écrasant avec force sur ton myocarde si tu oses te défiler devant un tir adverse. Ainsi, cédant au diktat populaire la moitié des Jets repartiront du match avec les chevilles accordées aux couleurs bleues de leur maillot. Le match se terminera donc sur le score de 6à2 en faveur de Wolfurt qui mérite clairement sa qualification pour le tour suivant. Néanmoins, les Jets peuvent ressortir la tête haute de cette rencontre et se concentrer exclusivement sur le championnat pour la fin de la saison. Un week end rocambolesque qui s’achèvera par Mathias aux Urgences entrain de se diagnostiquer et de remplir son dossier lui-même tant ses collègues sont débordés (heureusement plus de peur que de mal pour le Doc).Je me permet un petit aparté pour souligner l’excellent arbitrage de ce week end. Que ce soit samedi avec Urs Rubi et Greimel Patrick ou encore dimanche avec Tobias Cebulla et à nouveau Urs Rubi. En effet, leur superbe prestation aura permis d’avoir deux matchs très fair play et agréable à regarder. Alors un grand merci à eux tant cela fait énormément de bien à tout le monde de pouvoir jouer dans ces conditions.

Jet RC Genève LNB – RC Vordemwald White Sox NLB 3-4 n.P. (2:1 , 1:2)

RHC Wolfurt NLB – Jet RC Genève LNB 6-2 (4:2 , 2:0)

TvD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *