Samedi rien qui Weil

https://scontent.fqls1-1.fna.fbcdn.net/v/t1.0-9/49895865_1182839815223306_1915703964049866752_n.jpg?_nc_cat=102&_nc_ht=scontent.fqls1-1.fna&oh=bfe2c20cc78355bae23729af11c17aff&oe=5CBA7722

Pedro Gilles sur le banc

Samedi 12 janvier sonnait l’heure de la reprise pour la LNB Jet. Un déplacement difficile s’annonçait en Allemagne contre Weil am Rhein, les anciens pensionnaire de LNA. Les genevois ont d’ailleurs la possibilité de piquer la deuxième place à leur adversaire du jour en cas de victoire. Un match qui s’annonce chaud dans une salle bien garnie de spectateurs locaux. Pas de quoi refroidir les ardeurs des Jets qui trouvent la faille après seulement 5 minutes lorsque Michael Sterchipe la balle à son opposant au milieu de terrain avant de crucifier sereinement le gardien adverse. Les Allemands sont groggy par cette ouverture du score et tentent de reprendre le match en main mais vont buter face à une excellente défense et un Timothé Riotton magique dans ses cages. Plus les minutes passent et plus Weil am Rhein commencent à s’énerver tant ils sont bredouilles. A la 19 ème minute, les Jets ont même la possibilité de doubler la marque mais le coup franc direct de Patrice Matter s’écrase sur la latte du gardien battu. Toutefois, les locaux vont revenir au score à la 22ème minute grâce à un autogoal malheureux de Thibault von Däniken ,qui en contrant la balle du tibia ,prend non pas son pied mais à contrepied son propre portier. Cependant, il faut deux minutes aux Jets pour reprendre l’avantage de la partie. En effet, profitant d’une faute, Paul Vielliard envoie une petite balle piquée sur le but synonyme d’offrande lorsqu’on compte un renard des surfaces comme Vincent Tinguely dans ses rangs. 2à1 à la pause et les Jets sont en pleine bourre!

Dream Tim

La deuxième mi-temps est à peine entamée que Marc Werner va ramener les deux équipes à égalité suite à un joli solo dans une défense des Jets pas encore revenue du thé. Dès lors, les romands repartent au charbon et vont réussir une troisième fois à mener au score à la 33 ème puisque Tinguely transforme un nouveau rebond dans la surface. Une courte avance que les Jets défendent comme des morts de faim (logique puisqu’il était l’heure du goûter). Mais cette avantage au score, ils le doivent avant tout à la performance exceptionnelle de Timothé Riotton qui dégoûte littéralement les attaquants adverses, prouvant aisément qu’il est le meilleur à son poste du championnat. Il reste 7 minutes de jeu et Weil ne semble pas être en mesure de trouver la solution à ce casse tête. Néanmoins, Josef Hickersberger sélectionneur de football de l’équipe d’Au…triche disait: “Le football n’est pas toujours le royaume de la justice : quand l’arbitre décide, c’est comme si c’était Dieu. » Il suffit de remplacer football par rink et le tour est joué. Et à Weil on est très croyant. C’est pourquoi après une ou deux prières, le miracle à lieu. Grâce à une intervention divine bien sentie, les Allemands égalisent sur leur quatrième penaltys. Un gros coup sur la tête des vilains protestants genevois! Et oui, en même temps quant on s’appelle Luther il fallait bien s’y attendre à galérer. Ainsi, Genève abdique une seconde fois dans la foulée et se trouve pour la première fois à patiner derrière le score. Pour ne rien arranger, Weil continue de bénéficier de la miséricorde divine et peut tuer les espoirs genevois avec nouveau but allemand sur un coup franc direct. La fin du match se termine donc sur le score de 5à3 en faveur de Weil am Rhein qui pousse un gros ouf de soulagement tant la victoire fût pénible à se dessiner. Et pour les Jets peut-on parler d’un vol? Non certainement pas puisqu’ils rentrent en minibus!

RSV Weil LNB – Jet RC Genève LNB 5 : 3 (1:2 , 4:1)

TvD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *