Un match de la LNC complètement Diessbaché

https://scontent.fqls1-1.fna.fbcdn.net/v/t1.0-9/50439950_1187879911385963_2792140578224078848_o.jpg?_nc_cat=109&_nc_ht=scontent.fqls1-1.fna&oh=5e1be3beae741138ed81c805c241f4d4&oe=5CFE22BB

Alfredouche toi!

Samedi 19 janvier, la LNC Jet a disputé une partie des plus loufoque à Diessbach. En effet, l’équipe est complètement décimée pour ce match et c’est avec cinq joueurs mais néanmoins deux gardiens que Genève se rend en terre bernoise. Ainsi, la charmante compagnie de passionnés se compose de Maxime Jordan et Matteo Cavadini dans les cages, tandis qu’on retrouve Baud Saad Pierre, Thibault von Däniken, Mathias Froidevaux ,Alfredo Portugal Cartagena et Federico Iranzo. Et le premier gros challenge de la journée c’est de récupérer nos joueurs. Tout d’abord on croise les doigts pour que Mathias vienne à l’heure, lui qui a travaillé toute la nuit aux Urgences avant de rentrer dormir à 10h du matin. Ensuite, on doit récupérer Alfredo et Federico qui viennent de disputer un match avec les U20. Y a pas à dire la journée s’annonce ubuesque. A peine douché, que les deux valeureux juniors sont embarqués manu militari dans le minibus pour espérer arriver à l’heure. La partie se déroule à 19h30 puisque Diessbach avait décidé de jouer son match de coupe d’Europe contre Igualada à 17h30. D’un point de vue purement musical ça serait comme faire jouer les Beatles en première partie de concert pour ensuite accueillir le groupe de musique champêtre du coin… Non mais sérieusement, c’est de la torture psychologique pour leur propre supporter. Dès lors, les Jets arrivent 20 min avant le coup d’envoi dans une salle blindée de supporters locaux qui visiblement n’avaient absolument rien d’autre à faire de leur samedi soir. En même temps quand on habite dans un trou paumé comme le leur, ça s’explique aisément. Et pis c’est l’occasion de voir de nouvelles têtes non familiales… Bref, les Jets ont même pas le temps de s’échauffer puisque l’arbitre explique le plus diplomatiquement du monde que comme on est en retard et c’est pas son problème, on a pas le droit de toucher aux balles. En face, Diessbach aligne leur équipe type avec deux joueurs qui jouent également parfois en LNA. Autant dire que la tâche s’annonce plus que compliquée au coup d’envoi pour les Jets.

Pierre qui roule n’amasse pas mousse

Le mot d’ordre pour les courageux Jets est de défendre en carré et donc de tenir le plus longtemps possible avant de concéder un but. Une tactique qui marche parfaitement durant…50 secondes avant que César Salgueiro ne trouve la marque pour Diessbach. Mais voilà, contre toute attente les genevois vont égaliser sur leur première incursion à la 3ème minute grâce à un but en deux temps de Thibault von Däniken. Plus improbable encore, les Jets vont même prendre les devant à la 8ème grâce à une magnifique lucarne d’Alfredo Portugal Cartagena. Diessbach est sonné et c’est sous les encouragements de Gaël Jimenez que les Genevois tiennent tant bien que mal ce score. Mais plus les minutes passent, moins les Jets s’en font… tant la fatigue s’accumule. Le plan de jeu se résume donc à se faire canarder pour tenter de récupérer la balle et marquer en dribblant tout le monde. Mission quasi impossible mais ô combien sympathique à regarder pour les observateurs externes en quête de rink champagne. Une plaisanterie qui durera jusqu’à 17ème moment choisi par les bernois pour inscrire deux buts en 15 secondes et prendre l’avantage à la pause. 3à2 à la mi temps, un résultat quasi inespéré pour les Jets. Mais tuons tout de suite le suspens, il n’y aura pas de miracle en deuxième période. Diessbach va au contraire inscrire 4 buts de plus pour triompher logiquement 7à2. Malgré tout, les Jets ont clairement de loin été ridicule en se procurant plusieurs chances de réduire la marque et en n’hésitant pas à contrer de nombreux shoots adverses. De plus, Maxime Jordan et Matteo Cavadini qui ont chacun joué une mi temps ont tout deux effectué de nombreux arrêts de grande classe. A défaut du score, les Jets retiendront tout de même un très bon moment de franche camaraderie et de franche rigolade dans une journée totalement lunaire qui s’achèvera par un nouveau contre la montre pour pouvoir poser Federico et Alfredo à l’hôtel avant que celui-ci ne ferme. En effet, les deux véritables passionnés de rink hockey qui auront joué deux matchs en une journée à 160km de distance devaient remettre le couvert le lendemain matin avec un entrainement de l’équipe suisse! C’est pourquoi on les remercie sincèrement de nous avoir accompagné dans ce périple rocambolesque sans lesquels n’aurait jamais eu lieu!

RHC Diessbach NLC – Jet RC Genève LNC 7 : 2 ( 3:2 , 4:0 )

TvD

Alfredouche toi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *